‘Les titulaires de doctorat sans emploi franchiront la barre des 3 000 d’ici la fin de l’année’

D’ici la fin de l’année, le nombre de docteurs sans emploi dans le pays franchira la barre des 3 000, a déclaré l’Association des docteurs du Pakistan (PAP) à The News.

Exprimant leurs préoccupations sur le nombre élevé de doctorants sans emploi , les porteurs de bureau de la PAP ont déclaré que le gouvernement n’avait accordé aucune attention à la résolution des problèmes rencontrés par les chercheurs de doctorat dans le pays et qu’aucune mesure efficace n’avait été prise par les autorités concernées pour le placement des doctorants sans emploi dans les universités et les instituts d’enseignement supérieur.

Pendant ce temps, le président de la Commission de l’enseignement supérieur du Pakistan (HEC), le Dr Tariq Banuri, a déclaré dans une déclaration qu’environ 45 000 membres du corps professoral qui ne sont pas titulaires d’un doctorat sont actuellement employés dans les varsities gérées par l’État à travers le Pakistan.

Les universités n’ont pas non plus montré l’inclination à intégrer les doctorants au chômage au lieu des non-docteurs dans l’académie et les autorités concernées n’ont pris aucune mesure concrète pour leur fournir des opportunités d’emploi. De même, les universités des secteurs public et privé semblent préférer recruter des membres du corps enseignant non titulaires d’un doctorat, en violation pure et simple des directives de la HEC.

Nominations d’employés à la retraite

D’une part, les nouveaux docteurs protestent contre le fait de ne pas obtenir d’emploi et, d’autre part, de nombreux instituts d’enseignement ont embauché des enseignants à la retraite sur une base contractuelle et en tant que membre du corps enseignant invité. Cette tendance n’est pas seulement décourageante pour les nouveaux docteurs, mais constitue également une violation claire des ordres de la Cour suprême.

« Si cette attitude négligente et ces politiques décourageantes se poursuivent, en vertu desquelles des personnes à la retraite sont reconduites comme enseignants au lieu de docteurs frais et énergiques, le Pakistan sera confronté à une grave pénurie de docteurs à l’avenir, ce qui entravera ses progrès académiques et de recherche », a déclaré le Dr Sidra Bajwa, présidente d’honneur du PAP. Elle a ajouté que les chercheurs en doctorat jouaient un rôle important dans le développement de tout pays et que le nombre de docteurs en doctorat et d’articles de recherche étaient les facteurs les plus importants à l’origine de la hausse des universités dans le classement mondial des universités.

Elle a appelé les autorités à assurer la formulation et la mise en œuvre d’une politique efficace pour intégrer les docteurs qualifiés locaux et étrangers dans l’académie du Pakistan.

L’emploi temporaire

Le HEC en 2009 a lancé le programme Interim Placement of Fresh PhDs Phase-I (IPFP) pour générer des opportunités d’emploi pour les chercheurs de doctorat. Les objectifs de l’IPFP étaient doubles : fournir des emplois aux nouveaux docteurs et aider les universités à bénéficier de leur expérience académique et de recherche.

Selon les règles de l’IPFP, la commission a placé jusqu’en 2018 des centaines de nouveaux docteurs dans les universités du secteur public en tant que professeurs assistants pour une période intérimaire d’un an. Plus tard, ces universitaires seront accueillis en tant que membres permanents du corps professoral dans leurs universités respectives.

« Grâce à la phase I de l’IPFP, environ 70 pour cent des docteurs ont été absorbés en tant que membres permanents du corps professoral par leurs universités respectives. Mais ledit programme a été aboli », a déclaré le président du PAP, le Dr Syed Haider Ali Zaidi.

« Malgré le fait que ledit programme était en quelque sorte bénéfique pour les nouveaux chercheurs de doctorat qui obtiendraient au moins une opportunité d’emploi temporaire. Mais c’est aussi le fait que 30 % des universitaires ont été expulsés après l’achèvement de la période intérimaire », a déclaré Zaidi.

La nouvelle phase de l’IPFP

En mars 2019, le HEC a brusquement mis fin au programme initial de l’IPFP et a annoncé le lancement de la phase II de l’Interim Placement of Fresh PhDs qui était très différente de la première phase.

Dans le cadre de la deuxième phase de l’IPFP, tous les docteurs frais devaient suivre une formation obligatoire d’un mois à la nouvelle Académie nationale de l’enseignement supérieur (NAHE) afin de pouvoir rejoindre les varsities en tant que membre du corps enseignant dans le cadre de l’IPFP.

En janvier 2020, le HEC a organisé un test de pré-évaluation pour les candidats de la phase II de l’IPFP afin de mesurer leurs connaissances des méthodologies d’enseignement et leurs compétences en matière de recherche.

Entre mars 2019, lorsque la deuxième phase a été annoncée, et janvier 2020, lorsque le test de pré-évaluation a été organisé, les docteurs frais ont passé 10 mois dans l’incertitude. « Les docteurs en doctorat ont dû souffrir pendant 10 mois en raison d’une mauvaise planification, de la paperasserie et de nombreux autres obstacles bureaucratiques qui ont frustré les universitaires de ne pas obtenir d’emploi », a déclaré le Dr Ilyas Khaki, secrétaire conjoint du PAP.

Futile formation en ligne

Comme beaucoup de nouveaux docteurs n’ont pas pu obtenir des emplois dans le pays en raison de l’inefficacité de la deuxième phase de l’IPFP, ils n’ont pas non plus été en mesure de postuler pour des emplois dans des universités étrangères, car de nombreuses frontières internationales ont été fermées cette année en raison de la pandémie COVID-19.

Enfin, en mars 2020, le calendrier de la formation des nouveaux docteurs au NAHE a été annoncé dans le cadre du Programme national de développement des facultés. La formation devait se dérouler à Islamabad, Karachi, Lahore, Peshawar et Quetta.

Toutefois, la formation a ensuite été reportée en raison des directives du gouvernement pour éviter les rassemblements de masse à la suite de la pandémie, puis il a été annoncé que la formation se déroulerait en ligne, a déclaré le Dr Khaki.

À l’heure actuelle, malgré tous les problèmes techniques, notamment ceux de la connectivité Internet et des coupures de courant, pas moins de 200 docteurs des premier et deuxième lots ont terminé la formation en ligne. Cependant, pas même un seul d’entre eux n’a reçu de lettre de nomination, a souligné le Dr Khaki, ajoutant qu’entre-temps, la formation en ligne du troisième lot est en cours.

Demandes du PAP

Les membres du bureau du PAP demandent au gouvernement fédéral d’annoncer un paquet pour les docteurs au chômage de la même manière qu’il a annoncé les paquets d’aide économique pour les personnes touchées par la pandémie de COVID-19.

Leur association demande également au gouvernement de fournir des opportunités d’emploi aux docteurs fraîchement diplômés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.