Autopsie médico-légale

Le médecin légiste va au-delà de la simple cause de la mort ; il doit établir tous les faits, létaux et non létaux, ayant un rapport potentiel quelconque avec le litige pénal ou civil. La cause de la mort n’est pas automatiquement révélée lors de l’ouverture du corps ; ce n’est pas une entité isolée, tangible et délimitée ; c’est un concept – une opinion – quant au mécanisme ou à l’événement et, en tant que tel, il est parfois sujet à des différences d’interprétation. L’autopsie légale exige des descriptions détaillées méticuleuses, des mesures et de la documentation.

Le but des autopsies médico-légales est de déterminer si la mort est due à des causes naturelles ou non. L’expérience de l’investigation de la scène d’un décès dans les affaires médico-légales est importante, car l’évaluation des circonstances du décès peut être critique pour établir le mode de décès – par exemple, un suicide. L’autopsie peut ne pas être en mesure, en soi, de déterminer l’intention, alors que la scène et les circonstances peuvent fournir des preuves indubitables. La documentation photographique est importante dans l’autopsie médico-légale. L’examen post-mortem médico-légal doit toujours être complet pour exclure toute autre cause potentielle de décès et ne doit donc jamais se limiter à une étude partielle. L’identification du défunt et de tous les spécimens prélevés sur le corps est essentielle ; l’heure du décès et le groupe sanguin doivent, si possible, être établis. Dans toutes les autopsies, mais surtout dans les cas médico-légaux, les résultats doivent être dictés à un sténographe ou à un instrument d’enregistrement pendant l’exécution de la procédure. Le dossier devient souvent une preuve légale et doit donc être complet et précis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.